Les résines époxydes durcies dans leur forme la plus simple sont fabriquées en mélangeant les composants de départ de la résine époxy et un durcisseur dans un proportion de mélange spécifique (stœchiométrique) pour produire un polymère thermodurci. La résine la plus commercialisée de ce type est créée en faisant réagir du bisphénol A (BPA) et de l’épichlorhydrine dans un procédé en deux étapes, qui conduit dans sa forme pure en tant qu’unité monomère basique d’une résine époxyde appelée BADGE – ou DGEBA – abréviation de Bisphénol A DiGlycidyle Ether (éther de bisphénol A et de diglycidyle). Cependant, la plupart des résines époxydes liquides contiennent également des fractions de poids moléculaire plus élevé telles que des espèces dimères, trimères ou oligomères dans une teneur variable, en fonction des conditions de réaction. Le BADGE est ensuite mélangé avec des durcisseurs et/ou d’autres substances réactives dans un procédé appelé « polymérisation » ou « durcissement » pour constituer le polymère final à base d’époxy.

La sélection des réactifs, le rapport de mélange et le processus de durcissement lui-même détermineront de nombreuses propriétés de la résine époxyde durcie, comme son adhésion à d’autres matériaux, sa force mécanique, sa résistance thermique et chimique ou sa force diélectrique.

L’attention des médias s’est portée sur des études expérimentales sur le BPA depuis les années 90, suscitant de nombreuses préoccupations publiques et politiques car la couverture médiatique se concentre majoritairement sur les recherches montrant des effets négatifs et tend à exagérer excessivement les risques. Les études de toxicité animales citées utilisent généralement des concentrations d’exposition élevées, peu susceptibles de se produire dans la vie réelle, et de petites cohortes (nombre d’animaux de laboratoire ayant les mêmes caractéristiques). La reproductibilité des études « expérimentales » est discutable, de même que les conclusions et la pertinence statistique des résultats.

Les ONG ont également fait campagne pour interdire le BPA en jouant sur les émotions et en ayant recours à des restrictions partisanes basées sur le principe de précaution. La réalité est pourtant que seules de minuscules traces résiduelles de BPA sont retrouvées dans la résine époxyde. Ces traces, encore appelées impuretés techniques, vont soit réagir lors du durcissement, soit être incorporées et donc immobilisées dans la matrice de résine durcie.

Ce procédé permet également d’éviter une libération de ces substances pendant la durée de vie utile. À la fin de la période d’utilisation, l’incinération dans les incinérateurs à déchets, les fours à ciment ou les fonderies d’acier (recyclage de l’acier revêtu) est une forme d’élimination courante. Le recyclage des polymères à base d’époxy est dû à leur nature thermodurcie fortement réticulée et en est encore aujourd’hui à ses balbutiements. Le broyage en poudre des polymères époxy durcis et leur utilisation ultérieure comme mastic est possible, mais ne représente qu’une option de recyclage à faible valeur de déclassement.

BPA

CAS 80-05-7
Solide blanc
Solubilité dans l’eau : 300 mg/l

DANGER

BADGE

CAS 1675-54-3
Liquide jaunâtre
Solubilité dans l’eau : 7 mg/l

ATTENTION

Bisphénol A (BPA)

Le BPA est une substance de départ pour le BADGE – également décrite comme un intermédiaire. Cependant, le BADGE est une molécule complètement différente avec ses caractéristiques propres uniques, il n’est pas seulement un agrégat de BPA et d’épichlorhydrine.  Le BPA est l’une des substances les plus contrôlées.

Pour plus d’informations sur le cadre réglementaire du bisphénol A en Europe, voir le site Web de Bisphénol A Europe.

Programme CLARITY-BPA

Le programme CLARITY-BPA (Consortium Linking Academic and Regulatory Insights on BPA Toxicity) a été conçu pour étudier la gamme complète des effets potentiels sur la santé de l’exposition au BPA. Le programme a été lancé par le Institut national des sciences de la santé de l’environnement (NIEHS), le Institut national pour la sécurité et l’hygiène au travail (NTP) et la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour fournir de données qui seront ensuite utilisées lors de décisions réglementaires afin d’apporter une compréhension complète sur les risques réels et les effets sur la santé, en particulier en ce qui concerne la reprotoxicité de l’exposition au BPA et ses propriétés de perturbateur endocrinien .

CLARITY-BPA a deux composantes :

  • L’étude de base: Une étude de deux ans conforme aux lignes directrices sur la toxicité potentielle du BPA chez les rats, qui a été menée conformément aux lignes directrices réglementaires et législatives fédérales pour les essais de toxicité.
  • Les études subventionnées: Études menées par des chercheurs universitaires, mais testant une gamme de critères d’évaluation supplémentaires. Les études subventionnées ont utilisé des animaux élevés dans les mêmes conditions et exposés aux mêmes doses de BPA que l’étude de base.

La combinaison de ces deux études a produit un plan d’étude solide qui a unifié les pratiques de recherche standards utilisées par les organismes de réglementation et les études novatrices menées dans les universités.

L’une des principales forces était l’existence de conditions d’exposition identiques au BPA pour les deux composantes de l’étude, qui ont été générées par la même établissement du National Center for Toxicological Research (NCTR) de la FDA. Un deuxième point fort est que les bénéficiaires de subvention ont reçu des échantillons de l’étude de base en aveugle, ce qui signifie qu’ils ne savaient pas si les échantillons avaient reçu du BPA ou en quelle quantité, afin de minimiser la possibilité de biais potentiels.

Les résultats de l’étude de base ont été publiés en septembre 2018. Dans une déclaration publiée en même temps que le rapport, le Dr Stephen Ostroff, sous-commissaire aux aliments et à la médecine vétérinaire à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, a fait remarquer :  « Notre examen initial confirme notre conviction que les utilisations actuellement autorisées du BPA continuent à être sûres pour les consommateurs. »

Un rapport intégrant les conclusions de l’étude de base et des études subventionnées est attendu du NPT à l’automne 2019.

Pour obtenir plus d’informations, veuillez visiter la page suivante :
https://ntp.niehs.nih.gov/go/clarity_bpa
https://www.factsaboutbpa.org/scientific…/fda-clarity-study

REACH

REACH est un cadre réglementaire global adopté par l’Union européenne en juin 2007 pour améliorer la protection de la santé humaine et de l’environnement contre les risques que peuvent présenter les produits chimiques, tout en renforçant la compétitivité de l’industrie chimique de l’UE

REACH s’applique à toutes les substances chimiques : celles utilisées dans les procédés industriels, mais aussi dans notre vie quotidienne. Par conséquent, le règlement a un impact sur la plupart des entreprises de l’UE.

Pour se conformer à REACH, les entreprises doivent identifier et gérer les risques liés aux substances qu’elles fabriquent et commercialisent dans l’UE. Elles doivent montrer comment une substance peut être utilisée en toute sécurité et elles doivent communiquer les mesures de gestion des risques aux utilisateurs.

Si les risques ne peuvent être gérés de façon adéquate, les autorités peuvent restreindre l’utilisation d’une substance de différentes manières. À long terme, les substances les plus dangereuses, dites très préoccupantes, devraient être remplacées par des solutions de remplacement qui le sont moins.

Précurseurs d’époxyde

  • Les précurseurs d’époxyde et les blocs de construction en époxy non polymère sont enregistrés dans REACH.
  • Tous les dossiers d’enregistrement sont régulièrement mis à jour.
  • Plusieurs éléments constitutifs de l’époxy sont soumis au plan d’action continu communautaire (CoRAP en anglais et PACC en français), une évaluation plus approfondie des substances organisée par l’ECHA pour examiner les risques potentiels qui n’ont peut-être pas été entièrement traités dans le dossier d’enregistrement. Selon les résultats de l’évaluation de la substance, cette dernière peut être lavée de tout soupçon ou faire l’objet d’autres mesures réglementaires comme l’harmonisation de la classification et de l’étiquetage (CLH), l’identification en SVHC et, finalement, la restriction et/ou l’autorisation.
  • L’industrie a un intérêt vital à fournir des renseignements à jour sur les dangers et l’utilisation sans danger.

BADGE

  • BADGE est enregistré sous REACH : 100-1 000 kt/a.
  • Volume combiné de 291 kt en 2015 pour l’UE.
  • 83 % industriel, 16 % professionnel (revêtement de sol), reste consommateur (en cours de disparition).
  • Classification : Skin Irrit. (Provoque une irritation cutanée) 2 // Eye Irrit. (Provoque une irritation grave des yeux) 2 // Skin Sens. (Provoque une réaction allergique cutanée) 1 // Aquatic Chronic 2. (Toxique pour la vie aquatique avec des effets prolongés)

PACC (CoRAP) 2015 en cours :

  • Santé humaine/caractéristiques CMR (Cancérigène, Mutagène ou toxique pour la Reproduction) suspectées : Essai sur des rongeurs transgéniques terminé. Les résultats n’indiquent aucune activité mutagène dans les cellules somatiques du duodénum, de l’estomac ou du foie.
  • Exposition/utilisation dispersive à grande échelle, utilisation par les consommateurs, tonnage combiné.

Autorisation :

Le BPA a été proposé pour priorisation par l’ECHA en 2018, ce qui à l’avenir pourrait potentiellement conduire à l’inscription à l’annexe XIV, c’est-à-dire à l’autorisation. Veuillez noter que le BPA est utilisé comme monomère dans la fabrication de résines époxydes, ce qui est une utilisation intermédiaire.

  • Portée envisagée : faible pourcentage de durcisseurs contenant des quantités élevées de BPA comme accélérateur de durcissement et agent de co-durcissement.

Restrictions :

German Environment Agency (UBA) proposition de dossier de restriction attendue au cours du  2ème semestre 2019.

  • Portée envisagée : incertaine pour l’instant.
  • Objectif : réduire la concentration de BPA dans l’environnement, principalement dans les eaux de surface.
  • Des études montrent que la contribution de l’époxy et du polycarbonate à la concentration de BPA dans l’environnement est seulement d’environ 1 %.

 

L’autorisation ou les restrictions pour le BPA n’auront pas d’impact sur les polymères époxydes ou le BADGE, car le BPA est utilisé uniquement comme intermédiaire pour créer le BADGE. Après avoir réagi avec l’épichlorhydrine, le BPA se transforme en une nouvelle substance, le BADGE. Les utilisations intermédiaires sont exemptées de l’autorisation, de sorte que les résines époxydes ne sont pas concernées par l’inscription à l’annexe XIV.

Numéro CAS enregistré de BADGE dans REACH modifié

À la suite d’une récente décision  de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et conformément au règlement REACH (CE) no 1907/2006, il est nécessaire de modifier les « identificateurs chimiques » (dénomination chimique, numéro CAS, numéro CE) pour une gamme de résines époxydes à base de bisphénol A de faible poids moléculaire.

Par conséquent, plusieurs produits de résine époxyde ne peuvent plus être décrits comme des « produits de réaction du bisphénol A et de l’épichlorohydrine » et les nouveaux « identificateurs chimiques » indiqués ci-dessous seront attribués :

 

 

Nouvel ID de substance

Ancien ID de substance

Nom du CAS

Oxirane, 2,2′-[(1-méthyléthylidène)bis(4,1-phénylèneoxyméthylène)]bis (nom en anglais Oxirane, 2,2′-[(1-methylethylidene)bis(4,1-phenyleneoxymethylene)]bis). NB : les noms en anglais sont fournis, car ils sont souvent utilisés de manière unique dans les dossiers CAS sans traduction en français. Il en va de même pour les noms CE, voire les fiches REACH.

 

Nom CE

2,2′-[(1-méthyléthylidène)bis(4,1-phénylèneoxyméthylène)]bisoxirane (nom en anglais 2,2′-[(1-methylethylidene)bis(4,1-phenyleneoxymethylene)]bisoxirane)

4,4′-Isopropylidènediphénol, produits de réaction oligomères avec le 1-chloro-2,3-époxypropane (nom en anglais 4,4′-Isopropylidenediphenol, oligomeric reaction products with 1-chloro-2,3-epoxypropane)

Numéro CE

216-823-5

500-033-5

Numéro CAS

1675-54-3

25068-38-6

Numéro d’enregistrement REACH

01-2119456619-26-xxxx

 

 

Les membres du CER ont lancé un projet de transition et mettront progressivement à jour leurs fiches de données de sécurité (FDS) et leurs étiquettes pour tous les produits de résine époxyde affectés au cours des 12 à 18 prochains mois.

Veuillez noter que  malgré l’absence d’impact sur les propriétés ou la classification du produit, à la réception d’une FDS mise à jour, vous devrez peut-être mettre à jour votre propre FDS et/ou mettre à jour les notifications et certifications existantes.

BADGE

Autres blocs de construction en époxy

Exposition des consommateurs

La biosurveillance humaine